Chroniques d'Ojamax: Ni bon, ni mauvais, juste humain…

Épisode 19: Ni bon, ni mauvais, juste humain…

 

Les comptes n’étaient pas brillants pour Greow qui n’affichait plus que deux points de vie. Son adversaire l’avait pourtant mis en garde : couper la tête de la Streika ne serait pas chose facile. Les meilleurs combattants attendaient l’UDD et tandis qu’il ne restait plus qu’un round à jouer, Baldur possédait huit points de vie de plus que le Jungo. « Avoue ta défaite et meurs dignement, ta carte maitresse s’est faite aplatir par Billy Bob et tu ne peux plus rien pour rattraper ton retard. » Greow ria et lui rétorqua : « Chez nous il y a un dicton qui dit qu’il ne faut pas vendre la peau du lion avant de l’avoir tué. Tu es à l’image de tes congénères, prétentieux et imbus de leur personne, tu affirmes  sans savoir, tu conseilles sans réfléchir et maintenant tu vas en payer le prix fort. » Baldur restait muet face aux déclarations du Jungo mais le doute s’était emparé de lui. « Tiens, tu n’as plus le cœur à m’appeler matou ? Tu fais bien, Psylo était certes une alliée de poids mais que vas-tu faire devant la carte la plus forte de mon jeu. » Le militaire eut un sursaut qui manifestait la peur qui venait de le traverser. « Tu ne peux pas ! » furent les seuls mots qui sortirent de sa bouche. Le Jungo avait l’œil brillant et son cœur tapait fort sous sa poitrine ce qui reflétait le sentiment de confiance d’un combat bien mené. « Bragh, ne lui laisse aucune chance, montre nous le chemin de la victoire ».

Ben niveau 2

 On entendit le bruit d’une grosse cylindrée arrivant à grande vitesse, le phare de la moto apparut et cette dernière s’arrêta entre les deux combattants. Un ours en descendit, l’aura qu’il dégageait était impressionnante : rien qu’en le regardant on pouvait sentir la puissance qu’il recelait. « Il y a une chose qui ne changera jamais : quand Bragh arrive les ennuis sont finis. Quand nous étions encore à Clint City, il nous a sortis de nombreuses fois de la panade et à en voir ta tête tu as bien acquis que là ou il passe, ses ennemis trépassent. » Le militaire était dans une impasse et savait qu’il lui fallait un combattant surpuissant pour faire face à cette montagne de muscles et le problème était bien là car il ne possédait plus qu’un seul allié : Ben, un homme aussi vieux que faible. Baldur envoya le Roots sur le terrain mais il connaissait le sort qu’il lui était réservé. Le Jungo savourait ce moment et s’adressa à son adversaire : « Il ne faut pas oublier que guerre se gagne à la dernière bataille et cette bataille sonne le glas de ta défaite. Bragh ! Vitesse et dégâts maximum. » L’ours remonta sur sa moto et fonça à vive allure sur Ben qui fut disloqué par le choc entre son corps et le monstre de métal que conduisait le Jungo. Baldur s’effondra sur le sol et une tornade blanche emporta son âme. Greow avait remporté sa première victoire dans l’Urban Rivals mais savait qu’il n’allait pas avoir le temps de la savourer bien longtemps : ses amis était quelque part dans la tour et il devait les retrouver. Il se mit à courir dans les méandres des souterrains de la tour de glace.

Bragh niveau 4

Pendant ce temps là, un peu plus haut dans la tour, le combat entre Tanaereva et Tuisto était sur le point de commencer. L’Ulu Watu avait le choix de continuer à faire confiance aux membres de son clan ou de les allier à la force brute du Fang Pi Clan.  Il prit le temps de la réflexion  et choisit quatre des combattants qu’il avait en sa possession. « Toi comme moi, nous savons que ce combat est avant tout une besogne que nous devons accomplir, bien plus qu’une partie de plaisir. J’ai une révélation à te faire Tanaereva : le combat que tu vas livrer ici ne ressemblera à aucun autre des combats que tu as vu ou livré. Nous le pimenterons par deux, trois subtilité que tu comprendras aisément mais avant cela j’aimerais te conter une part de mon existence. Avant d’être gardien de la tour de glace, j’étais affecté à une brigade anti-criminalité qui faisait la guerre aux casinos clandestins. Un jour alors qu’un indic nous avait donné une info béton sur des tables de Blackjack clandestines, toute mon équipe a été abattue dans une fusillade. Nous n’avons même pas eut le temps de répliquer, l’indic jouait un double-jeu et nous avait vendu. Ils m’ont laissé pour mort et quand je suis arrivé à l’hôpital, je n’étais pas beau à voir. J’ai jeté l’éponge, j’ai démissionné de la police et derrière moi je n’ai laissé que du sang. Ma réputation à fait le tour du pays et est arrivé aux oreilles du commandant Asgard qui m’a prit sous son aile. Aujourd’hui, je sais que la vie ne tient qu’à un fil et je suis à mon tour devenu joueur. » « Pourquoi me racontes-tu tout ça ? » Questionna Tanaereva. « Je voulais que tu saisisses en quoi les règles de notre affrontement me tiennent à cœur. Pendant ce combat, ni la sagesse, ni la perfidie n’auront leur place, la chance sera le seul fil conducteur de ce combat. Es-tu prêt à jouer ta vie sur un lancé de dé ? En as-tu vraiment le choix ? Non, bien sur que non.» 

Tanaereva était entrain de comprendre petit à petit ce que lui réservait Tuisto : un combat où ils ne pourront choisir l’ordre des combattants, ni le nombre de Pillz qu’ils leurs confieront. « Ton esprit est aussi malade que les gens que tu défends. Jouer sa vie sur un coup de chance n’est pas une preuve de courage mais une démonstration de stupidité. » Le discours de l’Ulu Watu n’intéressait pas le gardien, il s’en moqua ouvertement et leva les bras au ciel. Deux énormes dés holographiques prirent place à chaque extrémité de la pièce. « Tes simagrées ne changeront rien, il est temps de nous affronter Tanaereva. Fait signe au dé de droite de s’arrêter, il choisira ton combattant. L’autre dé, lui conféra un nombre de Pillz. Ces deux dés ne peuvent dépasser le nombre quatre, on va voir si tu as compris : commence.

Tanaereva prit une profonde inspiration et pointa le premier cube du doigt et cria : « Dé active toi et ne me déçois pas. » Quel combat bien particulier Tanaereva sera-t-il s’adapter ? Greow retrouvera t-il ses amis ? Atteindront-ils le sommet de la tour de glace ?


Vous le saurez en continuant à nous suivre lundi prochain sur jeuxonline.


Petit message perso de l’auteur : Comme vous l’aurez remarqué il n’y a pas eu de Chronique d’Ojamax lundi dernier. Je tiens a présenter mes excuses à ceux qui m’ont contacté ou ceux qui voulaient tout simplement la suite : je ne trouvais pas l’inspiration. Je demande votre clémence en vous rappelant que je ne suis absolument pas écrivain mais juste passionné. Bon jeu à tous.

Tout droit réservé à Ojamax

                                                                                                                                                                             

Chroniques d'Ojamax: Le quatuor démoniaque

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Urban Rivals ?

155 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (171 évaluations | 9 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien

369 joliens y jouent, 519 y ont joué.