Chroniques d'Ojamax: La Tour de Glace

Épisode 16: La Tour de Glace

La carcasse de la voiture avait sombré depuis plusieurs minutes, mais l’UDD avait trouvé refuge dans les roseaux qui formait une masse dense.  Les hélicoptères de la Streika s’étaient retirés pour trouver un endroit ou se poser mais cela n’allait pas être chose facile dans cette région montagneuse, forestière et marécageuse. L’UDD sortit de l’eau et ils prirent la direction des bois les plus proches. Greow ne suivit pas ses amis et fit un petit détour. « Où tu vas ? » Cria Copper. « Allez y, j’arrive… » Hurla le Jungo qui partait en direction du virage qui avait provoqué l’accident.  L’UDD ne prit pas trop d’avance et préféra attendre Greow. «Qu’est ce qui lui a prit ? » Questionna Clara. « Je ne sais pas on courait tous et il est partit dans le sens inverse » répondit Vryer à bout de souffle. Le lion ne tarda pas à rejoindre ses amis, une sacoche à la main. « La mallette de Freyr ! Les plans doivent être inutilisables, ça ne servait à rien de prendre des risques pour du papier trempée. » S’exclama Copper.

« Trempée ! Tu rigoles mon pote, t’a déjà vu un félin qui kiffe l’eau ? Avant que tu nous fasses boire la tasse, j’ai juste eut le temps de les balancer par la fenêtre. » Le Sentinel souriait devant l’efficacité de ses compagnons, eux qui venait de clan différent.  Ils s’engouffrèrent dans la forêt avant de s’arrêter dans une zone rocheuse. Copper enleva sa chemise, puis le restant de ses affaires pour les faires sécher. Les autres suivirent son exemple et l’UDD se retrouva en caleçon. Vryer qui avait vu que Clara ne s’était pas déshabillé, lui fit remarquer : « Tu ne fais pas prendre le soleil à tes habits ? » La Pussycat passa au rouge et hurla sur le pauvre Gheist : « espèce de pervers, c’est ça ton truc de mater les femmes en petites culottes, tu crois que j’ai envie de me retrouver en sous vêtements devant vous. »  Elle le gifla et partit de son coté. « Tu sais parler aux femmes » se moqua Greow, Vryer ne bougeait plus mort de honte. « Laissez la, elle a besoin d’un peu d’intimité. Jetons un coup d’œil aux plans en attendant » dit le policier.

«Voila donc à quoi ressemble la fameuse tour de glace, c’est un sacré morceau : une grande parti de la tour est imprenable car construite à même le flanc de  la montagne. Caméra de sécurité, détection laser, brigade cynophile, projecteurs et système d’alarme générale, sans compter les gardes qui grouillent autours et à l’intérieur de la structure. » Le Sentinel avait ramené ses compagnons a la réalité, « c’est mission impossible » soupira Greow. « Fryer à dit qu’il nous avait laissé des notes, où sont-elles ? » ajouta Tanaereva. Copper plongea sa min dans la sacoche, et en sortit les précieuses indications. Tous se penchèrent pour mieux lire les notes du docteur Freyr, ils relevèrent la tête et semblait tous perplexe.  « Je crois qu’on à tous comprit que ça ne va pas être une partie de plaisir, mais on peut y arriver. Si l’on passe par le circuit d’eaux usées on a une chance de déjouer le système laser de sécurité, pas de caméra, on va devoir jouer d’agilité. » Copper venait de résumé la situation quand on entendit au loin des voix qui venait en leur direction. « Guiks et ses hommes ! On se rhabille et on s’arrache ! » Ordonna le moustachu de l’UDD. Clara revint vers ses compagnons en faisant de grand signes : « vous aussi vous avez entendu, il ne  faut pas qu’on traine. » Dans la précipitation, le Jungo fit tomber la sacoche et les plans étaient éparpillés un peu partout sur le sol.  « Tant pis ! On a plus le temps, on sait ce qu’on a à faire, fonce. » Lui ordonna Copper. L’UDD partit en direction de la tour de glace, la Streika était à leur trousse. Guiks arriva à l’endroit où ils se reposaient et trouva les plans au sol, il ria très fort et s’adressa à ses hommes : « on arrête la poursuite, ils vont se jeter dans la gueule du loup, et quand je les tiendrai, je leur ferai regretter de s’être mit sur le chemin de la Streika. »

La route fut longue : entre le trek dans la forêt Poldache, l’ascension de la montagne parfois dans des conditions extrêmes et le froid qu’il faisait en altitude, l’UDD n’avait renoncé devant aucun des obstacles avec toujours un objectif en tête : libérer leurs amis. La Streika s’était montrée beaucoup moins oppressante, et le chemin se fit sans encombre. Greow n’en pouvait plus et se plaignait sans cesse : -  C’est vraiment trop injuste, vous avez tous eut une chance de prouver votre valeur en affrontant la Streika dans un combat d’Urban Rivals et moi je suis un reclus. Même Vryer a put étoffer son équipe, je vais commencer vraiment à croire que vous n’aimez pas les lions »

-  Arrête ton baratin, c’est déjà assez dur sans que tu en rajoute. » Répondit Clara.

-  Tu vois c’est bien ce que je dis, vous êtes qu’une bande de raciste, je suis un lion et fier de l’être. »

-  Tu nous casses vraiment les oreilles avec tes lionneries » rétorqua Clara en lui tirant la langue. ---

-  Arrêtez vos gamineries et regardez plutôt devant vous, la tour de glace mes amis, on va pouvoir botter les fesses d’Asgard et de ses larbins. » Lança Copper.

 L’UDD prit la décision d’attendre la nuit avant de pénétrer dans les égouts de l’installation. La tour de glace était bien plus grande que tout ce qu’ils avaient put imaginer. La démesure de la bâtisse ne laissait aucun doute sur le fait qu’ils approchaient de leur but.  L’après-midi allait être consacré au repos de toute l’équipe en vu de l’opération nocturne.  La nuit finit par tomber et l’UDD mit son plan à exécution : ils laissèrent leurs sacs à l’abri et se faufilèrent prudemment en se camouflant derrière des véhicules militaires. Deux gardes s’approchèrent d’eux avant de bifurquer sur la droite, il s’en fallut de peu pour que les compagnons de Clint City se fassent repérer. L’endroit que Freyr avait indiqué ne se trouvait plu loin. L’UDD attendit le bon créneau et se ruèrent vers les grilles de l’entrée, une chaine et un cadenas en condamnait l’accès mais Copper avait mangé beaucoup d’épinard étant petit et la chaine se rompit sous la force du Sentinel. A l’intérieur, tout était sombre mais les lampes torches régla se problème.  Quand Vryer braqua la sienne vers le dédale qu’ils devaient emprunter, une silhouette apparut. « Eh bien, ce n’est pas trop tôt, ça fait trois jours que je passe mon temps à monter la garde dans cette puanteur. Mon nom est Baldur et je suis le début de vos ennuis. »

L’UDD n’a vraiment pas était prudent en laissant trainer les plans de Freyr, vont-ils le payer ? Est-ce un combattant de l’Urban Rivals ? Vont-ils mener leur plan jusqu’au bout ?

Vous le saurez en ne ratant pas les aventures de l’UDD dans la tour de glace, lundi prochain sur JeuxOnline.

Tout droit réservé à Ojamax

Précédent
Chroniques d'Ojamax: Le début de la fin

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Urban Rivals ?

155 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (171 évaluations | 9 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien

369 joliens y jouent, 519 y ont joué.