Chroniques d'Ojamax: Force intérieure

Épisode 13: Force intérieure


Warren 2
Lost Hog faisait face à Warren, tout comme David face à Goliath. Tanaereva connaissait la valeur du chef du Fang Pi Clan et savait bien que derrière ses cinq points de puissance un pouvoir bien plus grand devait sommeiller. Warren s’élança à l’assaut du mythe, sa puissance était décuplée. Lost Hog sorti un sabre et fendit la peau du pauvre Ulu Watu de l’épaule gauche jusqu’à l’aine. Avant de s’écrouler, on put lire la douleur de Warren dans son regard. Les prisons que sont les cartes de l’Urban Rivals semblaient contenir bien plus que l’âme de leurs habitants. Lost Hog se tourna vers Tanaereva et lui envoya une impulsion d’énergie depuis son katana. Cette dernière emplit le membre de L’UDD de toute la tristesse du Fang Pi Clan ainsi instrumentalisé. L’Ulu Watu eut du mal à encaisser le choc, tout se mélangeait dans sa tête : en une fraction de seconde il avait put sentir la détresse de chacun de ses adversaires. Il ne lui restait plus qu’un point de vie et la satisfaction se lisait sur le visage de Vigrid. « Tu ne peux plus rien, certes il ne me reste plus de Pillz mais toi tu ne comptes plus que Joao dans tes rangs et ce n’est pas lui qui va combler le gouffre qui nous sépare. Tu n’as plus qu’un malheureux point de vie alors qu’il m’en reste six. Ryuichi au nom de ma cause je te demande de te sacrifier avant de pouvoir savourer notre victoire. »

Le dragon de Jade, tel était son surnom, attendait la sentence de l’Ulu Watu. Joao rejoignit le terrain, l’UDD retenait son souffle mais continuait à espérer. Tanaereva se tourna vers son seul espoir et s’adressa à lui : « Tu es mon ami depuis longtemps maintenant, je ne vais pas m’attarder sur le coté sentimental de la chose mais je voulais qu’avant de combattre tu te rappelles de ce qui fédère les nôtres : L’entraide, le courage et l’environnement. Je sais que tu peux gagner car en chacun de nous il y a une tempête qui n’attend que d’être libérée. Ulu et frères. » Joao serra le poing et on le sentait prêt à soulever des montagnes. Il serrait si fort que la pression fit gonfler les veines de ses bras suscitant l’émerveillement de Greow. « Il va tout péter ! » Lâcha le Jungo. Il désigna Ryuichi du doigt et la force du Fang Pi le quitta pour rejoindre celui que personne n’arrivait à lâcher du regard. Joao qui ne possédait qu’un seul point de dégâts avait dérobé toute la force de son adversaire et affichait maintenant sept dégâts. Le vent venait de tourner pour le militaire de la Streika. L’Ulu Watu démonta la mâchoire de son adversaire avec un coup de genou avant d’infliger une queixada, un coup que l’on ne maîtrise qu’en étant maître capoeira, à Vigrid qui mordit la poussière. « Tanaereva !  J’ai souffert toute ma vie et j’ai voulu échapper à mon sort en faisant souffrir les autres. Allez voir un dénommé Freyr, c’est un militaire, il vous indiquera comment pénétrer la forteresse de la Streika à condition… » Un halo lumineux entoura le corps sans vie de Vigrid, avant de disparaître avec ce qui restait de l’homme. « Heu ! Je ne veux pas paraître indélicat dans ces circonstances mais il nous a pas dit où se trouve ce Freyr, ni ce qu’il va nous réclamer contre ces informations. » Tout le monde se retourna vers le Gheist qui comprit qu’il avait encore parlé au mauvais moment. « Pour une fois je suis d’accord avec le nabot, ça sent le guet-apens à plein nez, on va pas allez voir ceux qu’on essaye d’éviter à tout prix » ajouta Greow, Clara elle aussi ne sentait pas ce coup là. « C’est la seul piste qu’on a pour le moment pour pénétrer la tour de glace, on a pas vraiment le choix »  relativisa Copper. « Y’a bien une solution, mais elle va pas vous plaire… » Proposa Vryer. 

Lost Hog 3
« Seul un militaire de la Streika peut nous dire où se trouve l’homme qu’on recherche et bah on a qu’à aller en chercher un et lui demander de nous dire où il se terre. Je compte sur vous pour le rendre coopératif. » « Greow, Clara ramenez-moi un de ces guignols, vous avez entendu le petit génie, on a des questions sans réponses » ordonna Copper. Les deux désignés d’office sourirent et s’en allèrent accomplir leur besogne. « T’as un plan » demanda Clara à Greow. « Ouais on se la fait à la Jungo, on observe, on suit, et on saute dessus quand c’est le bon moment. » Ils rebroussèrent chemin pour voir s’il restait des militaires dans le village qu’ils avaient fuit.  Le gros des troupes était rentré à la base mais un point de contrôle avait été installé à chaque extrémité du village. « On n’arrivera jamais à passer avec ces gardes ! Faut qu’on les attire dans la forêt. Là on aura une chance d’en isoler un. » Aussitôt dit, le lion sortit de sa cachette pour narguer les deux gardes du check point. « Salut les filles ! Vous êtes vraiment laides, le kaki c’est plus à la mode ! » Les militaires se mirent à leur poursuite, la Pussycat et le Jungo s’engouffrèrent dans la forêt avant de se séparer. Le Jungo courrait à vive allure, mais il n’arrivait pas à conserver son avance sur son poursuivant et devait trouver une solution.  Le militaire n’était plus qu’à quelques longueurs de lui, il se retourna et lui mit sa patte de lion en plein milieu du visage. «Faut vraiment que j’arrête de fumer, j’espère que Clara s’en est tirée. » Il ligota son prisonnier et le chargea sur son épaule avant de partir à la recherche de la Pussycat.  Grâce à son odorat, il n’eut aucun mal à la retrouver… seule. « T’as fait quoi du tien ? » « Il a eu un petit accident et ne pourra plus parler… en fait tout ce passait bien : assez vite j’ai vu que ce gros nigaud s’était pris un arbre en pleine tronche. Ca l’a mit KO, je suis allé le récupérer mais ce porc m’a mis une main au fesse, alors je lui ai mis une droite. Mais j’ai frappé un peu fort et je lui ai brisé la nuque, en tout cas ça me rassure: le tien à l’air en forme. »

Ils prirent le chemin du campement avec leur prisonnier. Copper et ses compagnons furent soulager de voir que tout allait bien. Ils installèrent leur invité contre un arbre avant de lui jeter un seau d’eau sur le visage. Le militaire ouvrit les yeux, ligoté et complètement paniqué. Copper s’approcha de lui et dit : « Salut ! Plus besoin de nous chercher, on est tous là. Maintenant tu vas nous dire où vous avez enfermé notre ami et où on peut trouver un certain Freyr… »

Les choses ont l’air de tourner en faveur de l’UDD mais pour combien de temps ? L’interrogatoire va-t-il être fructueux ? Vont-ils trouver Freyr ?

Ne loupez pas le prochain épisode des Chroniques d’Ojamax pour connaître la réponse à ces questions, lundi prochain sur JeuxOnline.

Tout droit réservé à Ojamax

Précédent
Chroniques d'Ojamax: Enlèvement et Séquestration

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Urban Rivals ?

155 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (171 évaluations | 9 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien

369 joliens y jouent, 519 y ont joué.