Chroniques d'Ojamax: Jour J en Poldachie

Épisode 11: Jour J en Poldachie

 

L’homme se tenait face à l’UDD et ne sourcillait pas. « On ne cherche pas les ennuis, étranger » dit Copper. « Je sais qui vous êtes » lança l’inconnu. « J’ai entendu beaucoup de choses sur vous: on dit que vous  combattez la Streika, on dit aussi que Clint City est tombée, et vous voilà devant moi, on ne m’a donc pas menti. Je vous suis depuis votre arrivée mais quelque chose ne tourne pas rond. Pourquoi vous ? Comment avez-vous survécu à ce cataclysme ? Qu’est-il advenu des autres ? Tant de questions auxquelles je ne trouve pas de réponses. Alors je vous le demande: de quel coté êtes-vous ? ». Greow fut agacé par le discours de l’homme et ne tarda pas à lui faire savoir : « Bon écoute mon pote, déjà tu nous casses les oreilles sans t’être présenté et ça c’est vraiment pas cool. Nous on est là pour sauver nos potes et pour botter les fesses à ces salauds de la Streika. Annonce la couleur de suite, si t’es avec eux, la conversation s’arrête là et on va s’occuper de toi, et puis commençons par le commencement pourquoi tu poses des questions sur Clint City ? ». « Je ne te connais pas toi, mais eux je les connais ».

 

L’homme pointait du doigt les autres membres de l’UDD. Tous furent surpris et se demandaient d’où il connaissait  leur interlocuteur. « Je suis originaire de Poldachie, mais j’ai habité à Clint City. J’ai rejoint les Junkz il y a fort longtemps, mon nom est… »L’homme jeta son poncho et laissa apparaitre sa silhouette. Tous le reconnurent au premier coup d’œil tant son physique inspirait la crainte à Clint City. « DJ Korr… Mais que fais-tu là ? » questionna Copper. «  J’ai quitté Clint City afin de trouver de nouvelles inspirations et en parcourant le monde j’ai appris que ma patrie était devenu une autocratie militaire.  Je me suis donné pour but de rendre mon pays à ceux qui œuvre pour lui tous les jours : les citoyens de Poldachie.  Auparavant la Streika nous protégeait mais Asgard a perdu pied et fait régner la terreur. »  Tous entendirent ses motivations et de toute façon ne pouvait rien refuser à un homme qui avait quatre bras: suite à une absorption massive de Pillz et de perfusions de son en intraveineuse, le Junkz avait atteint un niveau de spiritualité comparable à celui de Shakra. Une nouvelle paire de bras lui était ainsi apparue, ce qui lui valut l’admiration de son clan mais également celle de tout Clint City.

 

«Maintenant que les présentations sont faites, on fait quoi ? » lança Clara. « Je vais vous aider à trouver la Streika et on va libérer mon pays. Si vous êtes prêts à m’aider ». « Il n’y a pas que ton pays… » Expliqua Tanaereva. Ce dernier raconta au Junkz tout ce qu’il s’était passé à Clint City: la disparition des clans, l’Urban Rivals. Korr n’avait pas réalisé à quel point la situation était grave mais avait dorénavant beaucoup plus de raison de se lancer dans le combat contre la Streika. « Je connais l’emplacement du QG de la Streika il se trouve au nord de notre position, dans les montagnes il y a une tour : la tour de glace. Elle est immense et personne n’en est revenu vivant. Les cinq premiers étages sont réputés pour être infranchissables, les gardiens qui les occupent sont de valeureux combattants et Asgard leur voue une totale confiance. Le haut de la tour est occupé par Asgard et son sergent.  J’ai pu récupérer ces informations en questionnant gentiment quelques militaires de la tour… ». « Allez en route… » Ordonna Copper. Mais L’UDD ne put quitter le village, un des villageois avait donné l’alerte et des hélicoptères de la Streika quadrillaient déjà le ciel. Des militaires descendirent en rappel des engins volants qui faisaient un bruit assourdissant. Korr aperçut celui qui dirigeait l’opération et en fut terrifié. « Les Mecs ! Vous avez tiré le gros lot, le numéro deux de la Streika est dans le ciel : le sergent Guiks. On a été balancés, faut se tirer! » L’UDD prit la direction des  montagnes, même Vryer qui n’était pas un grand fan des All Stars se mit au sport. Guiks qui n’avait pas mit pied a terre, ordonna au pilote de les prendre en chasse.  Leur seul salut était la forêt qui s’étendait à perte de vue au pied des montagnes.  La Streika ne l’entendait pas de la sorte et Guiks arma la mitrailleuse lourde de son appareil avec des balles neuroparalysantes afin de capturer Copper et ses compagnons. Ils couraient à vive allure mais une balle toucha Greow qui poussa un rugissement et s’effondra. Dj Korr fit demi-tour et le porta sur son dos, mais en arrivant a la lisière de la forêt lui aussi fut assommé par une des balles de la Streika.

 

Copper et Tanaereva récupérèrent le lion mais le Junkz ne put être sauvé et L’UDD  n’eut d’autre choix que de partir se réfugier au cœur de la forêt. « On ne peut pas le laisser » hurla Clara. « Si! On y va, ou on est tous foutus, on trouvera un moyen de le tirer des griffes des militaires » cria Copper tout en courant.  Les pourchassants tentèrent de les rattraper sans succès. La nuit tomba sur la Poldachie, la traque prit fin et l’UDD put se reposer. Le matériel qu’ils avaient récupéré à l’Orion Quasar était d’une grande utilité. Tanaereva et Copper montèrent un camp en plein milieu de la grande forêt Poldache. « On est bien obligé de faire du feu: cela va surement nous faire repérer mais on n’a pas vraiment le choix avec ce froid. » annonça le Sentinel. Ce dernier prit la première garde et tout se passa sans encombre. Tanaereva le releva et pris place autour du feu.  Un vent froid soufflait sur le visage de l’Ulu Watu, une lueur se fit voir au loin dans la forêt,  Tanaereva ne bougea pas. Il était trop tard pour prévenir ses amis, il fallait qu’il se cache. L’homme de la mer se faufila derrière un gros tronc d’arbre.  Il attendait que le visiteur s’approche afin de le capturer. Un bruit venant du feuillage de l’arbre surpris Tanaereva. Un homme tomba tête-bêche nez à nez avec l’Ulu Watu. «C’est de moi que tu cherches à te dissimuler?».

 

Qui est cette acrobate qui les a poursuivis dans la nuit ? Un nouveau combat se prépare t-il ? Que va-t-il advenir de DJ Korr ?

 

Vous le saurez en suivant fidèlement les aventures de nos compagnons et leur combat contre la Streika tous les lundis sur JeuxOnline.

Tout droit réservé à Ojamax

Précédent
Chroniques d'Ojamax: Montagnes et Océans

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Urban Rivals ?

155 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (171 évaluations | 9 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien

369 joliens y jouent, 519 y ont joué.