Chroniques d'Ojamax: Le courage d'Elly Mae

Épisode 10 : Le courage d'Elly Mae

Cassandra n’était plus qu’à quelques secondes de la victoire mais Betty s’interposa et encaissa une partie des dommages que Clara devait recevoir. Le poison qui la rongeait de l’intérieur n’agissait plus ce qui était de bonne augure pour la conclusion du combat et malgré ses trois dernier points de vie, la Pussycat souriait. Frigg faillit s’étouffer en lâchant un « QUOI… mais … mais ce n’est pas possible comment as tu fais ? ».

Clara n’en savait pas plus que la sirène d’Isra mais elle savait que dorénavant la victoire était à porter de main, mais Elly Mae avait refusé le combat. Clara ne savait pas si elle pouvait compter sur sa protégée. Elle fit abstraction de Frigg et s’adressa à Elly Mae. « Mon amie ne m’abandonne pas… ». La Pussycat  tournoyait tout autour de la pièce, celle-ci ne semblait pas apeurée. Elle tourna sa tête vers Clara et, tout en la fixant dit : « Regarde ! ». Clara n’en revenait pas son amie avait réussi à lui adresser la parole depuis sa prison de silence. Elly Mae qui ne possédait que trois points de dégâts, se concentra et fit doubler son potentiel. Frigg était atterrée et s’écria « Pitié ! Ne me tue pas. » « Tu veux que je t’épargne ? Mais ce n’est pas toi et tes amies qui vouliez nous prendre nos âmes? Ce n’est pas toi et tes amies qui avez ôtées la liberté à mes amis? Alors non je ne vais pas t’épargner, Elly Mae est maintenant assez puissante pour te punir. Elle n’a jamais eu peur, elle attendait juste le bon moment pour te laminer. Tu ne connaitras jamais le repos, ton âme sera bannie. Tu ne connaitras jamais la pitié car toi-même tu ne sais pas ce que veux dire ce mot. Elly Mae débarrasse nous de cette perversion ».

Dacha Macha venait de prendre place sur le terrain mais la Pussycat exécuta les ordres de Clara. La Freaks ne put contenir sa fureur et fut balayer d’un seul trait. La combattante de L’UDD se rua sur la sirène d’Isra qui tenta de fuir, en vain. Son âme quitta son corps, tandis que les Freaks rejoignaient la belle afin de se rallier à sa cause. Les combattants dévoilèrent leurs pouvoirs et leurs bonus à Clara qui, maintenant, comprenait la puissance que  recelait dans ses cartes. « Le Poison ! La Protection des dégâts ! Le pouvoir d’Elly Mae maintenant tout est clair… » . Une voix parvint aux oreilles de Clara « Eh mais c’est quoi ce cirque? Où sont passé les danseuses ? ». C’était Greow qui venait de reprendre ses esprits, les autres aussi émergeaient de leur stase. « Que s’est-il passé » questionna Copper. Clara leur raconta son combat contre Frigg tandis que les autres n’en revenaient pas de s’être fait berner de la sorte. « Elles nous ont bien eut avec leur danse du ventre ! On a faillit finir en steak » grommelait Vryer.

Tous riaient et décidèrent de passer la nuit dans le bar bien au chaud. Ils y trouvèrent tout ce qu’il fallait: à manger, à boire et même du matériel laissait par les défunts militaires de la Streika. « Ils les ont bouffés, c’est quand même dégueulasse, et au fait elles sont passées où les copines de Frigg » ironisa Greow. « Disparues » répondit Clara « Quand elles ont vu la tournure des événements, elles ont pris leurs jambes à leurs cous. Au fait tu sais pourquoi Tanaereva et Copper ont récupéré du matériel » « Oui, ils nous ont dégotté l’arsenal du parfait campeur, avec ça fini les nuits à se les geler, à nous les tentes et les feux de camps ». Tout deux souriait avec une capacité à faire abstraction de ce qu’il venait de vivre qui déconcertait l’Ulu Watu. Le lendemain, ils reprirent la route en direction d’un lieu un peu mieux fréquenté et surtout où ils pourraient avoir des renseignements sur l’emplacement du QG de la Streika. Plus on s’éloignait des cotes et la plus présence de l’homme était visible. Tout laisser penser qu’ils allaient trouver un village rapidement, ils longèrent un champ de blé puis un petit chemin avant d’arriver à l’orée d’un village. C’était jour de marché, la majorité des gens étaient dans les rues.

Du haut de la bute qui surplombait le village, L’UDD n’avait aucun mal à voir les activités de la population. « Il n’y a pas de militaires, allons y » dit Copper. Les compagnons prirent la direction du village, mais quelqu’un remarqua leur présence. L’alarme fut donnée, les cloches de l’église retentissaient, tout le monde se précipita chez eux, les rues ne tardèrent pas a être déserte. Ils continuèrent leurs chemins jusqu’au centre du village. « Sortez ! Vous n’avez rien à craindre de nous, nous sommes de simples voyageurs. Nous ne vous voulons aucun mal. ». Mais aucune réponse ne se fut entendre. Les appels de Clara restaient sans réponses. Un homme d’un certains age sortit de sa maison et s’approcha de L’UDD. « Nous n’avons plus rien, vous ne deviez pas revenir avant la semaine prochaine, au nom de tout les habitants je suis vraiment désolé. Prenez, ce sont les dernières pièces que j’ai pu récolter auprès des villageois… ». Tous se regardèrent et Greow prit la parole ; » Cool mec ! Je sais pas pour qui tu nous as pris mais nous on n’en veut pas à tes biens, on veut juste des réponses a nos questions ».

L’homme fut étonné, et s’excusa « Je vous ai pris pour ces voleurs de la Streika, ils nous rackettent pour financer une nouvelle guerre qui ne nous apportera que terreur et désolation, ces militaires sont une plaie pour notre pays et nos famille ». « Tu vas être content papy, on va leur botter le train à ces bidasses, on va leur faire manger les pissenlits par la racine et vous allez pouvoir retrouver la paix » fanfaronnait Greow. Un homme s’approcha d’eux, Greow se tourna immédiatement en sa direction et dit: « Cette odeur, c’est ce type qui nous suit depuis la grotte sur la plage, je reconnais son odeur ». L’homme qui mesurait dans les deux mètres, portait des lunettes de soleil et avait le corps couvert d’un long poncho. Il s’avança en direction de L’UDD, se positionna en face d’eux et les scruta. « Vous êtes dans un sacré pétrin… » dit l’homme.

Copper et ses amis serrait les dents et savait qu’il y allait avoir du grabuge.

Mais qui est cet inconnu au visage recouvert? Que cache t-il en dessous de son long poncho? Est-ce une nouvelle bataille pour nos amis?

La suite de cette aventure palpitante la semaine prochaine sur JeuxOnline.

Précédent
Chroniques d'Ojamax: Jour J en Poldachie

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Urban Rivals ?

155 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (171 évaluations | 9 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien

369 joliens y jouent, 519 y ont joué.